Skip to content

Accueil > Actualités > Zoom sur l’amibe pathogène humaine

Zoom sur l’amibe pathogène humaine

Retracer l’histoire de l’amibe pathogène humaine, Entamoeba histolytica, par la paléoparasitologie

Un article de synthèse sur les occurrences de l’amibe pathogène humaine, Entamoeba histolytica, en archéologie a été récemment publié dans la revue internationale Infection, Genetics and Evolution. Dans cet article, l’ensemble des données disponibles et 10 ans de recherches françaises sur le sujet sont exploités. Les chercheurs de Chrono-environnement Matthieu Le Bailly, Céline Maicher et Benjamin Dufour, montrent que ce parasite est un indicateur précieux pour étudier le passé des migrations humaines. Produisant des kystes trop fragiles pour être retrouvés par la microscopie, c’est par une approche en immunologie que l’amibe peut être détectée en contexte ancien. On en retrouve des traces depuis près de 6000 ans en Europe de l’Ouest. En revanche, pour le continent américain, les traces du parasite sont plus récentes et datent du XIIe siècle de notre ère, soulevant des questions sur son origine. Pour expliquer ces observations, plusieurs hypothèses de contacts précolombiens avec l’ancien monde sont discutées, parmi lesquelles l’hypothèse Viking.

Le Bailly M., Maicher C., Dufour B. 2016. Archaeological occurrences and historical review of the human amoeba, Entamoeba histolytica, over the past 6000 years. Infection, Genetics and Evolution 42 : 34-40.
Lire l’article

Contact : Matthieu Le Bailly