Skip to content

Accueil > Actualités > La Grande Rivoire 2.0

La Grande Rivoire 2.0

Le site de la Grande Rivoire est un abri-sous-roche localisé dans le Vercors et implanté à environ 600 m d’altitude. Il est découvert en 1986 et fouillé plus intensivement depuis le début des années 2000. Son intérêt archéologique tient de son témoignage exceptionnel d’une activité humaine intense à cet endroit depuis le Mésolithique moyen (8000 av. J.C.) jusqu’à la fin du Néolithique (2200 av. J.C.), et ce sur une colonne stratigraphique de plus de 5 m d’épaisseur.

En 2006 et 2009, deux études préliminaires sur 30 échantillons provenant des couches néolithiques avaient été effectuées par Matthieu Le Bailly, alors au laboratoire de paléoparasitologie de Reims. Malheureusement, ces études ne furent pas concluantes, tous les prélèvements s’étant avérés négatif à la présence de parasites intestinaux. Cette étude avait été entreprise afin de vérifier l’hypothèse de l’utilisation de l’abri-sous-roche comme bergerie, hypothèse appuyée par différentes analyses archéologiques. Néanmoins l’épandage récurrent de cendre sur le sol, attesté par les études sédimentaires, pourrait être responsable de la non-conservation des restes parasitaires, n’offrant pas de bonnes conditions taphonomiques.
Dans le cadre de la thèse en paléoparasitologie de Céline Maicher débutée en octobre 2015 à Besançon, un nouvel essai sur une série de 30 échantillons est toutefois entrepris. C’est à l’occasion d’une visite du site en Aout dernier que les échantillons ont été prélevés, cette fois ciblés sur la transition Mésolithique-Néolithique. Le but est de vérifier si les assemblages parasitaires qui, nous l’espérons, seront mis en évidence pourraient être le témoin d’un passage d’un mode de vie chasseur-cueilleur vers une économie de subsistance plus pérenne avec la mise en place de l’élevage.
Si les résultats s’avéraient concluants, cette nouvelle étude permettrait de mieux comprendre les modalités de changement des comportements alimentaires qui s’opèrent à cette période charnière dans le développement des sociétés.

Photos : C. Maicher.